Plurielle

D’abord humain

3 novembre, 2009

Exquise, il m’a trouvé exquise !

Classé dans : amours,bavardages,chronique,citations,humeurs,livres,philo,poesie,reflexions,societe — kinkajouunblogfr @ 1:36

oeuf.jpg         » La terre est un grand oeuf cassé,  un grand oeuf brouillé !  »


 

Aie peur avec moi, n’aie pas peur de moi.

Je me sens devenir quelqu’un de bien avec toi…                 yinyan.jpg

Un amour réfléchi ne peut être sincère:

Je t’aime donc sans aucune hésitation.

Je t’aime avec tout mon cœur.

Je t’aime avec tout mon corps.

Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée dans la vie…

On ne décide pas de ces choses-là

Tant pis si ce n’est qu’une parenthèse !

Je fais là un meddley de propos que j’ai partagé avec plus ou moins d’intensité.

 

i684637tounetnub.jpg

 

Devenir amoureux, c’est quand on est prêt à transformer, à abandonner nos habitudes, prêt à oublier les expériences précédentes, et qu’on a l’élan vital nécessaire pour accomplir une nouvelle rencontre, non pour changer de vie, mais pour en modifier durablement le cours.

 

laphemandarina.jpg

 

 

Il y a des périodes où on n’est pas en condition de devenir amoureux, quel que soit le stimulant, quelle que soit la séduction.

Si on est profondément insatisfait du présent et qu’on a assez d’énergie intérieure pour entamer une nouvelle étape de notre existence, on peut y parvenir. Évidemment il faut l’ingrédient indispensable, le partenaire !

impassedesbouletsjpg.jpgOn clame alors ou pas qu’on est amoureux…d’autant plus s’il y a l’apparition soudaine d’une attirance, d’un plaisir des sens, d’un désir érotique. Ces attirances soudaines ne se développent pas forcément en un amour véritable. D’où les nombreux brouillons… On les appelle échecs ou  aventures d’un soir !

Mais là, sans crier gare, il me prend la main, se rapproche de moi et  murmure à mon oreille « tu es exquise, tu es exquise »

encorelaval.jpg

Je réalise que je ne serais jamais pleinement heureuse et que je ne suis pas la seule.

 

1 novembre, 2009

Bidons sans frontières

Classé dans : bavardages,chronique,citations,enfants,famille,humeurs,livres,philo,poesie,reflexions,societe — kinkajouunblogfr @ 23:34

Pour une fois que j’écoute France Inter dans ma voiture un dimanche matin, j’entends le titre d’une émission que j’associe à la cuisine, et je m’apprête à changer de station. Je suis retenue dans mon geste, par les souris que je transporte, je dois en effet les empêcher de s’enfuir de leur petite boite et d’envahir l’habitacle.

Heureusement, car je vais avoir entre les oreilles un plaisir d’émission « Crumble », de la cuisine comme j’aime, celle qui me fait rire, rêver, m’extasier. Pour ceux qui l’auraient raté, écoutez-la, ici pendant un mois  sur le site de FI 

bouillles.jpg
Je me suis précipitée dès mon arrivée sur le site de ce garçon qui réhabilite les bouilles. En prenant carrément leur défense pour leur éviter une fin de vie de porte-parapluie. Moi j’aime les parapluies, donc les porte-parapluies !

Il en parle mieux que je ne le ferais jamais et a son propre site 

encheminpourlafruitire.jpg
Il va récolter prochainement des brosses à dents…je suis curieuse de voir ce qu’il va en faire. Autant je perçois l’anthropomorphisme des bouilles à lait, autant je ne vois pas celle des brosses à dents, mis à part les doigts.

brossesdents.jpgbrossesdents.jpgbrossesdents1.jpg

 

 

 

 

 

 

lesobjetsbavards1.gif

Il y a aussi un livre de Sophie Carquain que je m’offrirais sans doute.

31 octobre, 2009

Trottoir-chagrin

Classé dans : antilles,bavardages,chronique,citations,humeurs,philo,poesie,reflexions,societe — kinkajouunblogfr @ 22:17

Trottoir-chagrin dans antilles mp3 lemalheurdaimer.mp3

Trottoir-chagrin !

Ces mots me tentent. Ils racontent une histoire fourmillement-foisonnement de la chute. Celle dont je redoute la venue, celle qui arriverait sans crier gare pour me laisser, pire que morte, boiteuse. Là serait mon grand chagrin, de ne pas avoir su éviter la sinistre métamorphose. Celle qui ajouterait à ma folie une autre, insoutenable, palpable, incontournable. Ne pas marcher sur mes deux pieds, ne plus JAMAIS être autonome. Alors qu’aujourd’ui, je n’en fais rien de cette autonomie, je marche peu, je cours peu, je danse peu…mais je peux le faire !    

 

phenakistoscope3g07692b.gif

 

 

 

 

Et pourtant je ne me sens exister que dans le mouvement. Je me sens exister sans exister vraiment.

Je ne veux pas d’une chute qui me discipline, qui m’oblige à, qui me contraint…Je me moque de faire, je veux savoir que je peux saisir les instants, les habiter dans l’instinct et les apprivoiser grâce à ma nature mixte dissimulée au quotidien.

Celle qui un jour s’exprimera sans passer par les codes-carcans que je m’impose. Je pleure et je danse dans ma tête : ensemble ! Je me tais et je parle trop dans tous mes mots, tous mes silences. Exubérante et prostrée : la lumière et la nuit que je veux découvrir tandis que je déambule le long de ce trottoir-chagrin.

 

 

En singulier et en plurielle, hors des cadres, des apparences. Explorer mes mondes, les assumer.

trottoirchagrin.jpg

1...34567...77
 

Carnet de bord de gulliver |
tcahell |
laileron des sharks |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Et si c'était vrai....
| Les hommes, pas de mode d'e...
| JOURNAL D'UNE PUTE SOUMISE