Plurielle

D'abord humain

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

22 septembre, 2009

Eugène Mona

Classé dans : antilles,chronique,citations,humeurs,philo,poesie,reflexions,societe — kinkajouunblogfr @ 0:42

« Le 21 septembre 1991, Eugène Nilecam alias Eugène Mona cassait sa flûte en une note éternelle. La Martinique dans le petit monde de la Caraïbe perdait alors un nègre fondamental, un tuba identitaire.
Mona était un symbole de paradoxe…ancré dans la tradition mais avant-gardiste jusqu’aux bouts des doigts. chercheur obstiné…il était torturé par une interrogation permanente. L’homme aux pieds nus offrait son souffle et donnait vie à la flûte des mornes pour communiquer avec l’âme de la terre, pour donner du sens à son positionnement dans l’espace. La musique était pour lui un vecteur, il l’a sublimée.

http://www.dailymotion.com/video/x5a9u7

Des écrivains, comme Patrick Chamoiseau ou Raphaël Confiant, ont consacré quelques pages élogieuses à Eugène Mona et à ses chants qui renferment un puissant contenu littéraire créole. Surnommé «le Nègre debout» ou «poto mitan», le chanteur flûtiste se disait artiste créole, revendiquant les héritages africains et européens, bien sûr, mais aussi indiens en introduisant notamment des sonorités tamoules dans ses rythmes détonants. Certaines chansons semblent de douces prières rappelant la nuit de l’esclavage, d’autres sont de furieuses processions  sur une cadence de tambours épileptiques, appelé bèlé en Martinique et gwo-ka en Guadeloupe, visages siamois du plus africain des rythmes antillais. »

18 ans que Mona est mort et je continue de penser qu’il n’y a que deux ou trois ans…Quand je le chante, le crie, le danse ou implore, je sais d’où je viens !

 

balisier.jpg

 

 

21 septembre, 2009

Je n’ai plus d’envies

Classé dans : amours,antilles,bavardages,chronique,humeurs,philo,poesie,reflexions,sexy,societe — kinkajouunblogfr @ 0:23

J’ai rompu la glace avec moi-même.virevolte.jpg

Mes émotions sèment la pagaille.

Juste quand je commence à aller bien.

Quand à force de dire j’ai envie, j’existe enfin.

 

 

danselibre.jpgJ’ai eu des milliers d’envies qui se sont entrechoquées, superposées, puis dispersées.

J’ai eu des tonnes d’envies contraires les unes des autres.

Toutes comme celles-là :

Envie de solitude et envie d’être entourée !

 

 

 

 

 

 

 

Je n’ai plus d’envies, j’existe, j’exulte.lewoz.jpg

Il ne m’en reste qu’une…

Me lover dans des bras aimants !

Même si aujourd’hui j’existe :

Il faut être deux pour cette envie-là.bouger.jpg

20 septembre, 2009

Bêtes à sang froid

Puisque l’été est fini, puisque la nostalgie, les affects sont appelés à ne pas faire leur rentrée dans mon coeur puisque les minutes me sont comptées… j’écoute de la musique.
Mon après-midi fut rempli de  bonheur.

Je suis partie avec mon fils et sa copine à st Hilaire du bout du monde.

Pour y arriver, impossible de se fier à l’itinéraire trouvé sur le net. La sortie 25 était indiquée, c’était pas la bonne, évidemment  !  25…pensez-donc. Donc l’itinéraire par la fenêtre on a fini par y arriver.

Avant la salle des fêtes, il y avait un mariage à la mairie, puis une rencontre foot-vélo mais une fois dedans on s’est régalé : des serpents partout, des varans, des lézards des criquets, quelques rats et souris, une poignée d’oiseaux, trois gerbilles un octodon, un chinchilla, des papillons et insectes naturalisés mais surtout des gens passionnés…On est revenu avec 3 serpents.

J’ai fait connaissance avec ma factrice : une jeune femme vient vers nous, demande à mon fils s’il travaille à Reptilis, on discute un peu elle me nomme par mon nom complet ! Je porte le mien et celui de mon mari  ! Elle nous dit où on habite : l’adresse précise, je suis abasourdie…je ne la connais pas et on est à une centaine de km de là où j’habite ! Je suis sûre de ne l’avoir jamais vue  : c’est la factrice ! Passionnée de reptiles aussi.

photo0092.jpg

Après c’était courir d’un stand à l’autre.On a acheté 1 kg de bonbon en sortant, les enfants m’en ont proposé.

Je n’en voulais pas et je dis : j’en ai passé l’âge ils insistent donc je choisi un collier multicolore, la vendeuse éclate de rire et dit que ce sont ceux que prennent les plus jeunes ! Du coup on est resté un moment à parler toutes les deux, la pauvre a peur des serpents !

Pour moi c’est énorme ! j’ai parlé avec plein de gens, je ne fais jamais ça et  je n’ai même pas eu peur. Je ne me reconnais pas mais j’en suis contente !

Mais c’est bizarre.

 

photo0091.jpg

Cet après midi, je me suis presque sentie jolie, je me suis sentie fière… très peu de temps, je ne me suis pas attardée sur ce ressenti et j’ai fait,  c’est à dire que j’ai demandé en souriant les renseignements que je voulais, j’ai discuté avec les gens sans craindre leur regard.

Quelque chose de nouveau se passe !

12345...9
 

Carnet de bord de gulliver |
tcahell |
laileron des sharks |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Et si c'était vrai....
| Les hommes, pas de mode d'e...
| JOURNAL D'UNE PUTE SOUMISE