Plurielle

D’abord humain

31 mars, 2009

Au présent

dsc08401.jpgDébut de journée maussade, malgré le soleil au dehors, mais ça je ne le sais pas, les volets sont fermés et la couette et les couvertures ne laissent rien filtrer. Non seulement je n’ai pas envie de me lever mais en plus, la seule idée d’aller travailler me fait venir les larmes. Il s’agit d’autre chose que du spleen du lundi. Je ne travaille pas le lundi matin, pour me préparer à la reprise après chaque week-end, peu importe de quoi il aura été fait…dsc08406.jpg Je résiste à l’appel du clavier en m’enfonçant encore plus dans mon lit. Vraiment aucune envie d’affronter le dehors. ça bouge, pas loin ! Je me croyais seule,ma fille aînée se prépare à partir. Je tends un bras jusqu’à l’interrupteur en protégeant mes yeux de l’agression prévisible. 11h ! d’aujourd’hui ou d’hier ? D’aujourd’hui ! Va falloir que je me presse pour embaucher à 13h ou 13h 15, pfff quelle poisse. Je me traîne hors du lit. Pas la force, même pour un café, alors je fais l’impasse. Blog, messages, pubs, je râle. Je vérifie l’agenda et le sourire, non plutôt le soulagement : pas d’intervention cet après-midi et mieux que ça : je suis en récupération cet après-midi. J’en profite pour retarder le moment de la douche.Je suis fascinée par le signal sonore du PC : il m’apporterait peut-être une bonne nouvelle…rien de cela : juste un type en recherche de trophée pour son tableau de chasse. ça m’amuse moyennement mais ça fait passer le temps de répondre, et puis l’écran rend moins lourd ce genre d’échanges.Un clic ou un bug et exit l’importun !dsc08399.jpg

Numéro quatre rentre du collège : je l’invite à « notre resto », puisqu’elle est d’accord je vais accélérer le mouvement : douche, ravalement de façade et habillage en un délai pas record mais raisonnable. Numéro deux déjeune avec son amoureux, donc nous en profiterons pour un déjeuner en tête à tête.dsc08407.jpg

Fous rire, évocations diverses, plaisir et détente réunis. Nous y voilà chez La Pépètte. Pas seulement un restaurant, mais un lieu pour déjeuner dédié à l’art. Nous n’y avons pas à proprement parler nos habitudes, cependant la maîtresse de céans nous reconnait d’une fois sur l’autre. C’est agréable, les échanges sont courtois, et un peu plus sans être familiers . Le cadre nous a conquis voici quelques mois , presque un an ! Et d’expo de peintures et de sculptures en déjeuners, il y a toujours de l’émotion,des découvertes des papilles et le sens du beau est toujours sollicité.

Aujourd’hui et jusqu’au 14 avril, c’est Isabô sur les murs pour les photos et Nout pour les sculptures. On n’est pas obligé de tout apprécier, mais le tout est mis en valeur dans un cadre quasi familial, qui favorise l’intime. Le lieu semble en travaux : il n’en est rien, et les serre-joints sur un établi revisité, le revêtement de sol sur les murs, même le lierre qui s’infiltre près de l’aération participe au dépaysement. Quand à la fin du repas, le nouveau chat qui a investi les lieux en se faisant adopter vient se frotter à vous, la bulle hors du temps est totale. Demoiselle est sous le charme et nous savourons cette parenthèse.dsc08398.jpg Nos papilles aussi sont de la fête, les mets appétissants, présentés avec soin nous font ce jour voyager de l’Asie à l’Italie avec un détour en Bretagne. En ces temps de crise, l’addition est aussi douce que le reste, alors pourquoi s’en priver ?

 

 

30 mars, 2009

Equarissage

Lecture aléatoire.

Immunité non diplomatique20080424restinclires2.jpg

D’abord entière mais seule

Puis le choc de cette rencontre-là.

Opposés ou contraire, quelle différence ?

Écartelée et fascinée tout à la fois.

Histoires croisées qu’on voulait emmêlées dans des miroirs déformés.

Pourquoi faut-il toujours fermer les portes ?

Un si grand bonheur est trop grand pour moi.

Ouvrir les bras suppose de l’insouciance.

Il y a ce nuage qui n’en finit pas de descendre.

Qui m’interdit de me réjouir.

Il les veut toutes

Je réclame quelque chose d’impossible.

28 mars, 2009

Incrédule

Image de prévisualisation YouTube

Hâte de le revoir

Envie que ça n’arrive jamais

Vivre entre deux, en dysharmonie.

C’est à moi de faire le sale boulot,

Un qui ne bouge pas.

Un qui peut-

(more…)

12345...7
 

Carnet de bord de gulliver |
tcahell |
laileron des sharks |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Et si c'était vrai....
| Les hommes, pas de mode d'e...
| JOURNAL D'UNE PUTE SOUMISE